20 pianistes à suivre : #9 Eve Risser

11 Oct 2018 #Bonus

Chaque jour pendant tout le mois d’octobre, les fines plumes de Jazz Magazine vous révèlent leurs coups de cœur et braquent les projecteurs sur la nouvelle génération des pianistes qui comptent sur la scène jazz internationale. Aujourd’hui, Eve Risser

Choisie par Ludovic Florin
photo © Sylvain Gripoix

Eve Risser séduit d’emblée par la cohabitation chez elle d’une belle sensibilité et d’une grande force. Possédant de solides bases classiques et contemporaines, elle aime cependant le corps à corps avec l’imprévu. Le frisson de l’inconnu et de l’inattendu l’aimante littéralement. C’est du moins ce qui transpire de son album solo “Des pas sur la neige”, où elle recourt à un nombre impressionnant de techniques et d’objets divers pour faire sonner le piano comme jamais auparavant, préparations dans les cordes du piano qu’en concert on peut la voir improviser dans l’instant. Lorsqu’elle revient sur le clavier, des réminiscences classiques peuvent par ailleurs lui venir sous les doigts : « Je cherche vraiment à avoir des textures sonores et, en même temps, à me servir de l’harmonie pour aller vers des émotions plus romantiques, ou parfois plus énergiques », ce qui l’inscrit d’une certaine façon dans le sillage de Marilyn Crispell, le piano préparé en plus. Si Eve Risser possède une discipline on ne peut plus sérieuse, un bon sens de l’humour lui sert d’antidote à toute affectation, qualité qu’elle tient sans doute autant de sa fréquentation des musiques de John Cage que de Thelonious Monk. Tour à tour troublante, fantomatique, romantique, drôle, Eve Risser possède tous les atouts pour provoquer deux des émotions fondamentales du jazz : le choc immédiat de la surprise, et la densité émotionnelle de la réflexion. •
À écouter
“Les Deux Versants se regardent” (Clean Feed, 2017)

Brève de jazz

Stan Getz à l’Espace Cardin le 27 novembre 1979 – samedi 3 et dimanche 4 novembre à 18h dans Les Légendes du Jazz de Jérôme Badini sur France Musique

Après Miles Davis en 2015, Charles Mingus en 2016 et Ella Fitzgerald en 2017, un autre trésor vient de ressurgir des archives Ina - Radio France… Jérôme Badini y a déniché une nouvelle pépite, celle que nous offrait le 27 novembre 1979, dans le superbe écrin de l’Espace Cardin, le saxophoniste Stan Getz. Une retransmission France Musique jamais rediffusée dans son intégralité et n'ayant fait l'objet d'aucune parution phonographique et spécialement re-masterisée pour Les Légendes du jazz par l’Ina.

MARTIAL SOLAL en solo Salle Gaveau le 23 janvier 2019

Pour ceux qui n'iront pas l'écouter à Munich le 14 décembre 2018, et même pour ceux qui auront fait ce voyage, car on ne s'en lasse pas, réservez votre soirée du mercredi 23 janvier 2019 à Paris : MARTIAL SOLAL revient Salle GAVEAU, mais plus en trio comme en 1962-63 : en SOLO. Réservez votre soirée..... et vos places ! http://www.sallegaveau.com/spectacles/martial-solal-piano-solo

BON ANNIVERSAIRE MARTIAL !!!

MARTIAL SOLAL, notre héros du piano syncopimprovisé fête aujourd'hui ses 91 ans. Le 26 septembre il jouera à Vienne, en Autriche, au Porgy and Bess ; et en décembre il jouera à Münich. Les organisateurs autrichiens et allemands ont conservé leurs oreilles ouvertes aux disques de ces derniers mois : «Masters in Bordeaux», avec Dave Liebman, et le fantastique solo de Gütersloh en novembre dernier «My One And Only Love, Live at Theater Gütersloh, European Jazz Legends #15» (sans parler des formidables inédits de Los Angeles 1966 !). Amis programmateurs de l'hexagone, seriez-vous frileux ? Xavier Prévost https://www.porgy.at/en/events/8968/

EN KIOSQUE

20181001 - N° 710 - 100 pages

L’histoire du jazz est traversée de moments de grâce pas toujours connus du grand public. Pour remettre en lumière les...