Les couleurs de Gauthier Toux

07 Jun 2018 #

J’avais découvert le trio de Gauthier Toux ici même au Duc des Lombards, en 2016 pour la sortie de son brillant premier disque Unexpected things. Ce soir, deux ans plus tard, il fêtait son deuxième opus, The colours you see.

Gauthier Toux (p) kenneth Dahl Knudsen (b), Maxence Sibille (dm), Duc des Lombards, lundi 28 mai 2018

Ce que j’apprécie dans ce trio, c’est son art de construire des atmosphères et de les faire évoluer insensiblement. Le trio excelle dans les ambiances suspendues, faussement immobiles, où l’on on sent que quelque chose va arriver, mais l’on ne sait pas si ce sera un événement heureux ou malheureux, et on entend quelque chose gratter puis cogner à la porte, et tout à coup ça bascule vers l’orage, le chaos, ou au contraire une extase vertigineuse. Les morceaux passent ainsi du minimal au grandiose, on a l’impression parfois de voir la musique monter comme le jet d’eau d’une fontaine.

 

Dans ce trio, Gauthier Toux s’est entouré de très fortes personnalités, capables de le contredire, de le bousculer, de le pousser dans ses retranchements. Le batteur, Maxence Sibille joue avec un bâton de dynamite entre les dents. Le contrebassiste Kenneth Dahl Knudsen a une présence très forte (à plusieurs moments du concert j’ai eu l’impression qu’il se servait de sa basse pour propulser des bourrasques) mais capable aussi d’un chant très pur, comme dans Eternal, où son solo prend la forme d’une sorte de folk-song, et c’est  un moment parfait.

Quant au pianiste, Gauthier Toux, il possède un jeu intérieur d’une rare délicatesse (que l’on peut retrouver de manière éclatante sur le disque en particulier sur Spectre ou Black and White, mes morceaux préférés). Ce soir, certains moments, notamment à la fin du concert, Gauthier Toux a des rubatos si sensibles, si sentis, que l’on dirait qu’il laisse échapper ses notes à regret.

 

Le disque s’appelle donc « The colours you see » et toutes les compositions ont trait à un univers visuel qui lui échappe en partie puisqu’il est daltonien. Mais le concert de ce soir montre que les couleurs qu’il n’a pas dans les yeux, ou plutôt dans le cerveau, il les a incontestablement sous les doigts.

texte: JF Mondot

Dessins: AC Alvoët (autres dessins, peintures, gravures à découvrir sur son site www.annie-claire.com, pour acheter un des dessins figurant sur le blog, s’adresser à l’artiste: annie_claire@hotmail.com)

Brève de jazz

Stan Getz à l’Espace Cardin le 27 novembre 1979 – samedi 3 et dimanche 4 novembre à 18h dans Les Légendes du Jazz de Jérôme Badini sur France Musique

Après Miles Davis en 2015, Charles Mingus en 2016 et Ella Fitzgerald en 2017, un autre trésor vient de ressurgir des archives Ina - Radio France… Jérôme Badini y a déniché une nouvelle pépite, celle que nous offrait le 27 novembre 1979, dans le superbe écrin de l’Espace Cardin, le saxophoniste Stan Getz. Une retransmission France Musique jamais rediffusée dans son intégralité et n'ayant fait l'objet d'aucune parution phonographique et spécialement re-masterisée pour Les Légendes du jazz par l’Ina.

MARTIAL SOLAL en solo Salle Gaveau le 23 janvier 2019

Pour ceux qui n'iront pas l'écouter à Munich le 14 décembre 2018, et même pour ceux qui auront fait ce voyage, car on ne s'en lasse pas, réservez votre soirée du mercredi 23 janvier 2019 à Paris : MARTIAL SOLAL revient Salle GAVEAU, mais plus en trio comme en 1962-63 : en SOLO. Réservez votre soirée..... et vos places ! http://www.sallegaveau.com/spectacles/martial-solal-piano-solo

BON ANNIVERSAIRE MARTIAL !!!

MARTIAL SOLAL, notre héros du piano syncopimprovisé fête aujourd'hui ses 91 ans. Le 26 septembre il jouera à Vienne, en Autriche, au Porgy and Bess ; et en décembre il jouera à Münich. Les organisateurs autrichiens et allemands ont conservé leurs oreilles ouvertes aux disques de ces derniers mois : «Masters in Bordeaux», avec Dave Liebman, et le fantastique solo de Gütersloh en novembre dernier «My One And Only Love, Live at Theater Gütersloh, European Jazz Legends #15» (sans parler des formidables inédits de Los Angeles 1966 !). Amis programmateurs de l'hexagone, seriez-vous frileux ? Xavier Prévost https://www.porgy.at/en/events/8968/

EN KIOSQUE

20181001 - N° 710 - 100 pages

L’histoire du jazz est traversée de moments de grâce pas toujours connus du grand public. Pour remettre en lumière les...